Un total de 10 pages ont été trouvées avec le mot clé Cercle 4 Faire mûrir le groupe.
<< Je veux retourner à la page d'accueil du module svp....

Bilan des accélérateurs de projets


Sur la méthode

  • facile à prendre en main
  • dynamique
  • cadre contraint mais garantit l'éfficacité de la méthode
  • Problématique pourrait être annoncée avant l'accélérateur, pour avoir le temps de réflechir/préparer ses idées
  • A la fin, cela génère de la frustration : comment se tenir au courant de la mise en oeuvre du plan d'action d'un projet sur lequel on a contribué
  • Imaginer des trucs pour aider le porteur de projet à mieux présenter sa problématique

Sur les outils

  • visio nécessite 5-10 min de calage technique
  • pad complémentaire de la visio
  • mais co-écriture nécessaire car si 1 personne seule note, cela l'exclut de facto des échanges
  • Les "blancs/silences" sont un peu bizarres en visio Mais permet souvent d'aller vers des idées plus novatrices

Sur la ré-utilisation future

  • avec des personnes en insertion
  • avec différents territoires
  • avec des partenaires
  • cadre perso : en famille
  • Méthode intéressante en soi car permet de travailler la confiance, l'interconnaissance... < a tester sur un territoire

<< Je veux retourner à la page d'accueil du module svp....
<< Je veux retourner à la page d'accueil du module svp....

Mais au fait, y a qui dans cette formation ? (suite)

Consigne :
  • allez jeter un œil au trombinoscope pour découvrir les profils des autres participant-e-s
  • revenez sur cette page, et poser votre/vos question-s dans le pad ci-dessous à la personne concernées.

Pour ce petit exercice, nous allons utiliser un pad. C'est l'un des outils les plus simples, et pourtant (donc ?) l'un des plus utile et polyvalent pour des projets collectifs.

Le pad ne permet pas d'être alerté automatiquement en cas de contribution. Nous, les formateurs.rices nous chargerons donc de vous informer tous les 2-3 jours des nouvelles questions et réponses écrites sur ce pad.

Parlons technique : nous avons créé ce pad chez Framapad, il est donc "hébergé" chez eux. Nous l'avons simplement intégré (affiché) dans la présente page. Cela renforce la notion de "gare centrale" dont nous parlerons durant le 1er regroupement (outch, quel teaser !=




<< Je veux retourner à la page d'accueil du module svp....

L'importance de l'interconnaissance

En une phrase Pas de coopération sans inter-connaissance
Type de fiche
  • Astuces
Thématique concernée
  • Dynamiques des groupes
  • Partage et circulation de l'information (en présence)
Description Ne pas oublier que prendre le temps de faire connaissance (par des présentations, des jeux ou des temps informels – repas, balades, ateliers de création...) est un préalable indispensable à la coopération.

L'interconnaissance pourra ensuite mener à la confiance et à la créativité.

Les jeux de coopération et/ou d'interconnaissance permettent de mieux connaître les fonctionnements des autres membres du groupe :
  • le jeu des "bonjour"
  • le So Speed dating
  • le jeu du noeud
  • la mouche muette
  • les chaises qui tombent
  • E.T. (jeu des baguettes)
  • la balade aveugle
  • le comptage collectif
  • Petites histoires – Grande histoire
  • la ligne muette
  • Bopbilibop Bop Bop
  • Tous ceux qui
  • Web humain
  • Zip Zap

Découvrez tous les outils d'animation sur cette page

Ressouce CC-BY-SA Auteures : Sarah Gaucher, Alice Oschner, Cré-sol

Définir des accords de groupe

En une phrase Un cadre qui sécurise les individus et leurs besoins
Type de fiche
  • Concepts
  • Astuces
Thématique concernée
  • Partage et circulation de l'information (en présence)
Description Les accords de groupes peuvent se définir comme la formalisation d'un cadre collectif qui sécurise la participation des individus à un temps de réunion et qui permet ainsi de remplir les besoins individuels de chacun des participants.

Il est l'aboutissement de l’expression des besoins de chaque participant et, si nécessaire, d'une négociation entre besoins contradictoires. Les accords de groupe prennent souvent la forme d'un nuage de mots ou de petites phrases qui permettent de rendre visible au groupe l'ensemble des besoins de ses membres afin de permettre leur prise en compte par chacun.
image 20180919_095255.jpg (1.3MB)
Exemple des accords de groupe d'une quinzaine de personnes

Le but des accords de groupe, c'est qu'à travers l'expression des besoins de tous, le temps collectif ne rencontre les limites de personnes. On parle donc bien a priori ici de besoins profonds sur et non de simples préférences, que les participants peuvent formuler à travers une phrase commençant par "Pour que ce moment passé ensemble ne rencontre pas mes limites, j'ai besoin de...". On valide donc généralement les accords de groupe au consentement, en ce sens qu’ils ne remplissent pas nécessairement les préférences de chacun, mais qu'ils ne percutent les limites de personne.

Puisqu'ils sont garants d'un cadre collectif sécurisant, c'est au collectif dans sa globalité qu'il incombe de veiller au respect des accords de groupe. Un rôle peut-être attribué pour dédier à quelqu'un la tâche d'être en attention du respect du cadre à une personne en particulier, mais il ne dédouane personne de sa responsabilité quand à son respect individuel des besoins et limites des autres.

Les accords de groupe doivent

  • Être co-créés par chaque participant : puisque aucune personne ne peut formuler les besoins ou les limites du moment d'une autre. Une petite méthode d'animation pour co-créer vos accords de groupe. Le temps de formulation des besoins du collectif doit être sanctuarisé et être suffisamment accueillant /serein pour permettre à chacun d'exprimer ses besoins en toute liberté et authenticité,
  • Être redéfinis dés lors que la composition du groupe change : puisqu'ils sont liés aux individus, dés que la composition du groupe évolue, il faut faire évoluer les accords qui s'adaptent aux besoins des personnes présentes;
  • Être re-validés à chaque nouveau regroupement : puisque si la composition d'un groupe ne change pas, les besoins et limites de chacun évoluent chaque jour. La re-validation des accords de groupe peut donc être rapide mais elle est nécessaire (à travers un tour de consentement par exemple);
  • Être rendus visibles : puisqu'ils doivent être respectés tout le temps, ils doivent être visibles et accessibles en permanence, d'autant plus que c'est le groupe dans sa globalité qui est garant du respect de ces accords.

Les accords de groupe ne permettent pas

  • De sécuriser de manière globale les échanges au sein d'un projet collectif ou d'une organisation : ils sont à privilégier pour les moments de rencontres physiques ou distants de type réunion, mais doivent être complétés par des architectures plus fines à l'échelle d'une organisation (moments dédiés à l'apaisement des tensions, rituels de gestion des conflits, etc...).
  • De sécuriser les échanges sur des sujets trop brûlants ou dans l'urgence : les accords de groupe reposent principalement sur la capacité de chacun à exprimer avec authenticité ses besoins à respecter les besoins des autres. En situation de conflit interpersonnels ou dans des contextes trop chargés émotionnellement, les accords de groupe doivent être remplacés par des dispositifs de médiation plus complet et pertinents.

Et si nos besoins se marchent sur les pieds ?

Il arrive parfois que les besoins de deux personnes ou plus se percutent, s'opposent. On ne peut pas commencer à travailler sereinement dans ces conditions, les concernés ne pouvant être sereins à ce moment. Dans ce cas, trois petites étapes permettent de débloquer la situation :
  • Clarifier : inviter chaque concerné à reformuler son besoin pour vérifier qu'il y a vraiment une opposition et bien comprendre ce qu'il y a derrière les mots;
  • Effectuer une nouvelle proposition : une fois bien compris les besoins exprimés, une reformulation peut-être proposée et passée au consentement auprès des deux intéressés. Exemple :"J'ai besoin de calme VS j'ai besoin de bouger" deviendrait "j'ai besoin de moments de calme ET j'ai besoin de moments pour bouger"

Retrouvez une méthode d'animation de co-construction d'accords de groupe dans cette fiche outil : https://interpole.xyz/?CoDefinitionDAccordsDeGroupes

Ressource CC-BY-SA Auteur-e-s :Audrey Auriault, Louise Didier, Romain Lalande

Définir et distribuer des rôles

En une phrase Des rôles plutôt que des fonctions !
Type de fiche
  • Astuces
Thématique concernée
  • Partage et circulation de l'information (en présence)
Description L'animation de la réunion peut être “distribuée” à plusieurs personnes pour des rôles tels que :
  • un animateur, qui gère le déroulement de l'ordre du jour
  • un facilitateur qui facilite le passage de parole de l'un à l'autre, qui s'assure que les participants s'écoutent et ne se coupent pas la parole et qui est attentif à ce que chacun puissent parler
  • un maître du temps qui garantit le “timing” pour chaque point à l'ordre du jour et qui prévient des débordements de temps => "combien de temps pour ce point ?", "il reste X min"...
  • un scribe pour prendre des notes et/ou garder une trace, réaliser un compte-rendu, un relevé de décisions

Il existe d'autres rôles potentiels, selon les besoins :
  • un accueilleur, qui accueille les personnes en retard (à voix basse, sans interrompre la réunion) et leur précise où en est la réunion. Les personnes se sentent ainsi intégrées à la réunion sans que le déroulement s'en trouve interrompu.
  • un scrutateur d'ambiance ou responsable de la convivialité ou garant de la bienveillance ou dynamiseur, qui s'attache à repérer les signes non verbaux des participants et fait des propositions à l'animateur pour adapter le rythme de la réunion.
  • un scrutateur de la circulation de la parole qui note, sous forme d'un schéma, les personnes qui ont pris la parole et à qui elles se sont adressées (au collectif ? à une personne en particulier ?) et qui le montre en fin de réunion par exemple.

Il peut être intéressant de faire tourner les rôles pour que les personnes du groupe partagent les responsabilités.

Ressources CC-BY-SA Auteures : Sarah Gaucher, Alice Oschner, Cré-sol

Les 4 activités R.E.P.I

En une phrase Nourrir les proactifs, les réactifs, les observateurs et mêmes les inactifs !
Type de fiche
  • Concepts
Thématique concernée
  • Partage et circulation de l'information (à distance)
  • Partage et circulation de l'information (en présence)
Description
  • R comme "Rencontres (synchrones) : elles concernent les plus actifs
  • E comme "Échanges entre les rencontres" (asynchrones) : cette activité permet de ne pas oublier les moins actifs (en particulier les « observateurs » qui pour certains pourront un jour devenir actifs).
  • P comme "Partage", et plus précisément "Espace de partage" : ce n’est pas un simple flux qui passe dans le temps. Il permet de retrouver les éléments importants en fonction de la thématique plutôt que de celui du moment où ils ont été apportés. C’est un peu la mémoire du groupe.
  • I comme "Information". Elle concerne tout le monde (y compris ceux qui sont actuellement, en dehors de la communauté), mais comme c’est trop souvent la première (et parfois la seule) activité à laquelle on pense, je l’ai placée en dernier !

Selon Jean-Michel CORNU, il est essentiel de répartir le peu de temps dont vous disposez pour avoir même très imparfaitement ces quatre activités et votre groupe se développera de façon naturelle, sans rien oublier.


<< Je veux retourner à la page d'accueil du module svp....

Se conformer au groupe


Cette vidéo, au ton très scénarisé, est assez révélatrice de certains comportement de conformisme, auquel on peut difficilement résister. A ne pas prendre au pied de la lettre, mais juste en tant que question à se poser dans les groupes auquels nous appartenons :-)



<< Je veux retourner à la page d'accueil du module svp....
<< Je veux retourner à la page d'accueil du module svp....

Méthode d’accélérateur de projet

>> La méthode au format pdf

Préambule

Conditions de réussite
Pour assurer le succès d’une telle démarche, l'animateur rappelle les règles. Les participants apportent leur aide dans un esprit bienveillant et sans "juger". Cet exercice requiert de la part des utilisateurs une attention aux autres. Ne pas faire d'intervention trop longue.

Origine de l'outil
Cette méthode dérive de l'entrainement mental créé pendant la guerre 39-45 par Joffre Dumazedier et développé ensuite par le mouvement d'éducation populaire "peuple et culture".
Elle est utilisée un peu différemment dans le cadre de l'analyse de pratique professionnelle.

Une méthode par étape

image ANIMACOOPaccelerateurprojetA4paysage.jpg (0.7MB)

Étape 0 : préparation (5 min.)

Au début de la rencontre, le groupe doit choisir :
  • un exposant, qui présente sa situation-problème : il est conseillé qu'elle prépare sa question en amont à partir de sa réflexion sur ce qu’elle vit comme difficulté dans sa pratique professionnelle.
  • un animateur : gardien de la méthode, du timing, assure le bon déroulement.
  • un secrétaire qui prendra les notes (ou fonction partagée sur pad)

Étape 1 : exposé de la problématique ou de la situation (5 min)


image Etape_2.png (4.8kB)
La personne qui a accepté de soumettre son problème expose le plus clairement possible la situation et son contexte. Elle exprime ensuite la façon dont elle définit le problème. Les autres membres de l’équipe écoutent. . Cette étape se termine de la part de l'exposant par : (je souhaite que le groupe m'aide à...)

Étape 2 : clarification de la problématique (5 min)


image Etape_2.png (5.0kB)
Les membres du groupe formulent les questions pour bien cerner la situation. Ils doivent, à cette étape, s’en tenir à des questions d’information factuelle (meilleure compréhension du contexte par exemple). La personne qui a exposé sa situation apporte les précisions ensuite.

Étape 3 : contrat - reformulation de la question (1 min)


image etape_3.png (5.1kB)
La personne qui a exposé sa situation précise clairement ce qu’elle attend des autres membres du groupe. (je voudrais que le groupe m'aide à ....)


Étape 4 : réactions, commentaires, suggestions (20- 30 min)


image etape_4.png (5.8kB)
Les autres membres du groupe interviennent : donnent leurs impressions, réactions, interprétations... Ils proposent une façon de voir autrement la situation. Ils peuvent faire des suggestions pratiques ou donner des conseils. La personne qui a exposé sa situation écoute et s'engage à ne pas intervenir. Elle a tout intérêt à noter par écrit ce qui lui paraît pertinent de retenir.

Étape 5 : Synthèse et plan d’action (5–10 min)


image etape5.png (6.2kB)
La personne qui a exposé sa situation prend quelques instants pour finaliser en mini plan d'action des remarques exprimées par les membres du groupe (une synthèse personnelle de ce qu’elle retient). Pendant ce temps , les autres participants notent les idées et remarques qui peuvent leur être utiles dans leurs projets (idées transversales etc)


image etape_7.png (5.0kB)
Après ce temps d'écriture, la personne qui a exposé sa situation présente son plan d'action, indique la façon dont elle entend donner des suites. Les autres membres du groupe n’ont pas à discuter des choix de la personne ou de son plan d’action ; ils se comportent plutôt comme des témoins du cheminement de cette personne ; ils peuvent exprimer leur soutien et leur encouragement.

Étape 6 : Évaluation et intégration des apprentissages, vécu (5 -10 min)


image etape8.png (7.1kB)
Pour fermer correctement la rencontre, il convient de faire un retour sur ce qui s’est passé. La personne qui a demandé de l’aide peut exprimer son vécu ; le groupe peut évaluer sa façon de procéder et, au besoin, y apporter des correctifs pour la prochaine rencontre. Il est conseillé de prendre quelques minutes pour noter individuellement ce que chacun retient de cette rencontre.

<< Je veux retourner à la page d'accueil du module svp....

La méthode des 6 chapeaux

Afin de favoriser l'implication de chacun et l'émergence de nouvelles idées au sein d'un groupe, le psychologue spécialiste des sciences cognitives Edward de Bono a développé en 1987 la méthode dite des "6 chapeaux". Partant du postulat que la recherche de solutions passe par six phases bien distinctes, celle-ci invite chaque membre du groupe à explorer lors d'une réunion six modes de pensée spécifique, symbolisés par six chapeaux de couleurs différentes.

En résumé, les objectifs sont de :
  • Permettre à chaque membre de percevoir une idée, de la penser, sous un angle différent et ainsi de faire évoluer son point de vue sur une question
  • Empêcher la censure d'idées nouvelles au sein d'un groupe
  • Créer un climat favorable aux échanges et à la créativité, favoriser la liberté de parole
  • Résoudre collaborativement des problèmes
  • Offrir une vision globale et approfondie de la situation

Concrètement, une fois le problème posé, chaque membre endosse tour à tour une stature différente en revêtant virtuellement un chapeau et commence à explorer de nouvelles solutions :
  • Le Chapeau blanc symbolise la neutralité. Lorsqu'elle le porte, la personne doit s'attacher à énoncer simplement les faits, en laissant de côté tout ce qui peut relever de l’interprétation
  • Le Chapeau rouge : l’émotion. La personne énonce librement ses sentiments et ses intuitions
  • Le Chapeau vert : la créativité. Elle cherche des alternatives, en essayant de considérer le problème sous un angle nouveau
  • Le Chapeau jaune : la critique positive. Elle admet ses rêves et ses idées les plus folles
  • Le Chapeau noir : la critique négative, le jugement. Elle énonce les faiblesses et les risques que comporte selon elle cette idée
  • Le Chapeau bleu : l'organisation, la canalisation des idées, le processus. Elle s'attache à prendre du recul sur le sujet énoncé

Cette méthode, qui pousse les participants à sortir de leur mode de pensée habituel peut s'avérer très utile dans le cadre de la réalisation d'un écrit collectif.

image Fichemthode_6_CHAPEAUX_Universit_du_Nous.jpg (0.3MB)
Schéma sous licence CC-By-SA. Auteur : Université du Nous

<< Je veux retourner à la page d'accueil du module svp....
Filter :  Accélérateur de projets  Animations participatives  Biais cognitifs  Biens communs  carte mentale  Cercle 1 Introduction à la formation  Cercle 2 L'individu et ses compétences collaboratives  Cercle 2 L'individu et ses compétences collaboratives  Cercle 3 La posture de l'animateur·ice  Cercle 3 La posture de l'animateur·ice  Cercle 4 Faire mûrir le groupe  Cercle 5 Gérer les projets collectifs  Cercle 6 Ouverture aux autres et au monde  Collaborativité  Communication bienveillante  Communication écrite  Communication inter-personnelle  Compétences collaboratives  Droit à l'image  Ecriture collaborative  Evénements participatifs  Expériences inspirantes  Gouvernance  Implication  Infobésité  Jeux et energisers  Licences Creatives Commons  Méthodes agiles  méthodes et outils  mindmap  Notions et concepts  Organisation/Méthodes de travail  Outil idéal  Outils d'analyse  Outils numériques  POP - Productions Ouvertes et Partagées  Prendre des décisions  Projet-support  Propriété intellectuelle  Renouvellement des membres  Trucs et astuces  usages  Vidéos